La construction de la mairie: L'idée fait son chemin

Details
Created on Wednesday, 11 August 2004 22:50
Published Date
Written by Tsembehou Info

Décidément quand les Tsembéhouens s'engagent rien ne les arrête. Aussitôt après avoir dit qu'ils allaient construire un nouveau bâtiment qui abritera les services administratifs de la mairie, les travaux ont débuté et évoluent harmonieusement. Le terrain est déblayé, les piquets implantés, des équipes se relayent pour fabriquer les agglos. Bref ! Le chantier marche.

Inutile de préciser que l'ouverture de ce vaste chantier le vendredi 6 août 04 a surpris plus d'un. Elle est survenue une semaine seulement après l'organisation d'une soirée de Méga Tari qui a permis de recueillir l'importante somme de 471.000 F comoriens. C'est la première fois qu'une manifestation de ce genre rapporte autant de recette. Ils étaient très nombreux, les hommes, les femmes et les jeunes à venir dans un élan de solidarité sans faille apporter leurs billets de banque au rythme du Tari pour la construction de leur mairie.

Quelques jours auparavant une quête organisée à Tsembéhou et à Mutsamudu a permis de collecter du ciment, des planches et des contreplaqués estimés à 500.000 F.

Autant dire que l'équipe de Hadj Azihar Abdou, le nouveau maire, ne chôme pas. Elu avec brio le 4 juillet dernier, le nouveau conseil municipal de 10 membres avait fait de la construction d'une nouvelle mairie un pari. Leurs adversaires, sceptiques, parlaient d'intoxication et de mensonge. Pour eux, une équipe qui vient de tenir deux élections en moins de quatre mois, ne peut pas se targuer d'entreprendre un chantier si coûteux.

C'était méconnaître les Tsembéhouens. Dans un passé récent, alors que l'île d'Anjouan était placée sous d'embargo international, les Tsembéhouens avaient, contre toute attente, cimenté plus de 80 % des routes et ruelles de la ville. Pas plus tard que l'année dernière, comme un seul homme, ils ont construit, en six mois, le réseau d'adduction d'eau de Hambajé. Le coût total des travaux du réseau est estimé à quelques 16 millions de nos francs, financés exclusivement par les habitants. Les réalisations communautaires à Tsembéhou sont multiples et variées. Parmi les plus spectaculaires figurent effectivement ce réseau d'adduction d'eau et la construction en 2001/2002 de six salles de classe à Hamoudou, grâce à un financement du FADC(4 salles) et du Projet Education III (2 salles). La participation communautaire pour la construction de cette école s'était élevée à 5 millions de francs.

C'est ce qui fait dire à certains observateurs que la communauté tsembéhouenne reste de loin l'une des plus actives d'Anjouan. Dans ces réalisations l'apport de la diaspora demeure considérable.

Quand on voit donc des volontaires, enthousiastes, s'adonnaient infatigablement aux travaux de construction de la mairie, on est convaincu que les Tsembéhouens ont décidé d'entrer dans ce IIIè millénaire par la grande porte.