M. Ameldine aux USA : "Du rêve à la réalité"

Details {idkey=2048b0[title=M.+Ameldine+aux+USA+%3A+%26quot%3BDu+r%C3%AAve+%C3%A0+la+r%C3%A9alit%C3%A9%26quot%3B][desc=]}

M. Ameldine Dachiroudine a quitté Moroni le 18 juin dernier pour les Etats-Unis d’Amérique. Aussitôt après avoir mis les pieds sur le sol américain, le pays de son rêve, il a accepté de répondre à nos questions. Il nous a parlé de sa vie, ses rêves, ses impressions et son séjour au pays de l’Oncle Sam.

Vous voilà sur le sol américain pour la première fois. Quelles sont 

vos premières impressions?

Parmi mes rêves les plus chers, voyager un jour vers les Etats-Unis pour apprendre des choses qui pourraient me servir et servir mon pays, en faisait partie. Maintenant que je me trouve enfin sur le sol américain, des fois j’ai l’impression comme si c’est juste ce rêve qui vient de s’amplifier, tellement je n’arrive pas à y croire. Et si c’était le cas, je n’aimerais pas qu’on me réveille. Toutefois j’entends souvent des sons dans ma tête qui ne cessent de me répéter « Non Ameldine, tu n’es pas en train de rêver, mais t’es plutôt en train de vivre tes rêves ». Et puis ça me ramène à la raison et je souris tout seul.


 Le pays que vous venez de découvrir est-il bien celui que vous 
imaginiez?

Absolument, avec ses gratte-ciels impressionnants ici et là, ses ascenseurs, ses autoroutes, ses transports en commun dans les Universités, ses centres commerciaux, tout est comme dans les films. Même les rues et les routes sont propres que la plupart des salons africains.
Qu'est-ce que vous a le plus surpris?

Je m’attendais à ce que les rues soient toujours bien remplis par des passants et bien animés, des policiers déployés partout, mais à ma grande surprise, les rues sont presque désertes, pas de bruits à part celui des voitures, même pas un cri d’oiseau. Mais aussi je viens d’apprendre que contrairement en Afrique, ici plus la ville est grande, plus tout se vendent cher dans les magasins.

Quel est très brièvement le programme de votre séjour aux Etats-Unis?

Je suis parmi les jeunes leaders africains qui ont été sélectionnés au titre de l’année 2015 dans le cadre du programme « Mandela Washington Fellowship pour les jeunes leaders Africains » du Président Obama, pour venir suivre des cours académiques en matière de leadership civique, me mettre en réseau avec les autres leaders Africains et certains membres du gouvernement Américain etc. J’ai été admis avec 24 autres fellows à l’université Rutgers de l’Etat de New Jersey.

Pour faire quoi exactement dans cette université ?

 Dans cette prestigieuse université nous aurons à explorer des sujets tels que : l’évolution de la société civile et les organisations non gouvernementales, l’organisation politique et communautaire, le développement organisationnel  et l’engagement civique etc. j’aurais  en même temps la chance de visiter des sites dans des villes historiques tel que New York, Washington DC, Philadelphie etc.

Et le président Obama qui vous a invité, quand est-ce que vous le rencontrerez ?

Ah ! J’aurais la chance de rencontrer le Président Obama dans un sommet qui se tiendra à Washington DC, à la fin de notre formation, au début du mois d’Août. 


Que comptez-vous faire aussitôt après votre retour aux Comores et qui 
entrerait dans le cadre de votre mission?

Mon premier but dans la participation de ce programme, c’est de pouvoir contribuer à la promotion de la santé et de l’éducation de mon pays. Actuellement, en collaboration avec un ONG australien qui s’appelle ADFA (Australians Doctors for Africa), je suis en train de monter un programme qui consistera à la prise en charge des pieds bots (malformation congénitales des pieds) et la prévention d’autres maladies de l’enfance tel que le rachitisme. On installera un centre de prise en charge d’abord à Moroni puis dans les deux autres îles. Cet ONG est au courant de ma mission aux USA et n’attend que mon retour aux pays pour qu’on démarre ensemble les travaux.
Nos internautes vous connaissent à peine. Voudriez-vous bien vous 
présenter en quelques mots?

Je m’appelle Ameldine Dachiroudine, je viens de Tsembéhou– Anjouan. Après avoir obtenu mon diplôme de baccalauréat (série D) à l’Ecole Privé Malézi en 2008, j’ai poursuis mes études supérieures à l’Ecole de Médecine et de Santé Publique des Comores (EMPSP) où j’ai obtenu une licence en soins infirmiers en 2011. Ensuite après avoir passé quatre ans de stage pratique à l’hôpital National des Comores (CHN El Maarouf), je viens juste d’être intégré dans la fonction Publique à l’occasion d’un concours qui a été organisé depuis le mois d’Août 2014.

Et du coté social et communautaire ?

 Animateur à Radio Tonic Fm de Tsembéhou depuis 2006,  je suis devenu également membre de plusieurs associations ou organisations communautaires notamment le  Groupe Universitaire de Recherche sur la Santé aux Comores (GURESC) créé en 2010. Je suis aussi le coordinateur du Programme « Comoros Club foot Initiative (CCI) » (prise en charge des pieds bots aux Comores).

 Membre actif dans la communauté comorienne, j’ai été parmi ceux qui ont participé à l’Elimination du paludisme aux Comores par le traitement de masse, la distribution des moustiquaires imprégnés ainsi qu’à la dernière enquête MIS (Malaria Indicator Survey) visant à déterminer les nouveaux indicateurs du Paludisme aux Comores.

Je suis passionné par la culture et les langues étrangères et je passe mon temps libre à me cultiver à travers l’internet. C’est sur le web où j’ai appris l’anglais dont les résultats m’ont conduit là où je me trouve actuellement.

La liste est vraiment longue mais je préfère m’arrêter là.

Merci infiniment pour cette interview. Ce fut un plaisir pour moi de répondre à vos questions.

Tinfo 

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
999544

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 22 invités et aucun membre en ligne