Reportages

Les étudiants comoriens à Madagascar en difficulté

Une grande partie des étudiants comoriens à Madagascar sont menacés d'expulsion parce qu'ils ne disposent pas de titre de séjour.

L'affaire fait grand bruit aux Comores où les parents et les proches s'inquiètent du sort réservé à ces enfants. Dans une interview accordée à un quotidien malgache, l'ambassadeur Halidy Charif explique que c'est un problème qui date de 2001. Pour lui beaucoup d'étudiants se trouvant en situation irrégulière se plaignent du coût élevé du visa de séjour à Madagascar. Il ajoute que des jeunes ressortissants comoriens en situation irrégulière qui prétendent être des étudiants amplifient la situation, dans le but de mettre la pression sur les responsables comoriens.

Il a fait aussi savoir qu'il a demandé une audience auprès du ministre de l'Intérieur après avoir rencontré les autres responsables du département concerné. Et il attend une réponse dans le sens d'un ajournement du départ des étudiants en période d'examen et décidés à régulariser leur situation. 

Pour sa part le ministre Ahmed Ben Said Jaffar, le chef de la Diplomatie des Comores a déclaré dans le journal Al-Watwan du 11 octobre que les autorités comoriennes font de leur mieux pour voir comment temporiser ces mesures d'expulsion avec les autorités malgaches. Il demande cependant aux parents de faire en sorte que les étudiants s'acquittent de leurs visas pour pouvoir faire leurs études dans la sérénité.

Sur les 5000 comoriens vivant dans la grande île, près de 700 sont concernés par cette mesure.

L'Union africaine sanctionne le colonel Bacar et ses hommes.

Le Conseil de paix et sécurité (PSC) de l'Union africaine (UA) réuni à Addis-Abeba mercredi 10 octobre a décidé d'imposer une série de sanctions contre les autorités illégales de l'Ile d'Anjouan pour leur refus de se soumettre au gouvernement d'union de l'archipel des Comores.

Le président de la Commission de l'UA, Alpha Oumar Konaré a déclaré que les sanctions recommandées, comme les interdictions de voyager, le gel des fonds ainsi que des ressources financières et économiques, et les restrictions des liaisons aériennes et maritimes avec Anjouan, étaient appropriées.

M. Konaré a aussi demandé au Conseil de faire appliquer ces mesures afin d'éviter le recours à des moyens plus fermes que ceux qui sont présentement requis.

Si les objectifs de ces mesures ne sont pas atteints durant la période de 45 jours, la commission va se réunir pour adopter d'autres mesures plus coercitives comme un blocus aérien et maritime .

Mais « si durant cette période, les autorités illégales d'Anjouan acceptent d'organiser de nouvelles élections, ces sanctions seront levées, » a souligné le responsable du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, M. Said Djinnit.

Ces sanctions qui prennent effet dès maintenant comprennent des restrictions de déplacements et le gel des avoirs à l'étranger. Elles visent le colonel Bacar, les membres du gouvernement, le Parlement, le cabinet civil du président et l'état-major de la gendarmerie d'Anjouan, ainsi que d'autres personnalités qui financent les autorités illégales.

L'électricité est rétablie

C'est avec satisfaction et soulagement que la population de Tsembéhou a accueilli le retour de l'électricité, le 30 septembre dernier, sur l'ensemble de la ville. Le transformateur qui se situe dans le quartier de l'Hôpital tombé en panne depuis début août est finalement remplacé permettant ainsi à une grande partie de la ville de sortir de l'obscurité.

 

Mosquée de Vendredi - Pari gagné

Les Tsembéhouens ont organisé la grande prière de l'ide El- fitr 2007 dans la grande mosquée de vendredi. Cela fait toujours bien de l'entendre ou de le lire. Car lorsque le vaste chantier de construire cette mosquée a été lancé le 15 juillet 2006, rares sont ceux qui croyaient que la mosquée serait disponible de sitôt. Certes elle n'est pas totalement achevée, mais pour l'instant tout le monde s'accorde à dire que l'essentiel est fait. Les 682 m² sont bétonnés, il reste les parois qui d'après les responsables du chantier seront couverts de glace (baie vitrée). Les travaux réalisés sont actuellement estimés à 200 millions de francs comoriens. Et il est facile d'imaginer la joie des fidèles à la sortie de la mosquée ce samedi 13 octobre. C'est Foundi Mandela et Foundi Ali Bacar qui ont présidé cette première cérémonie riche de symboles. Le premier a dirigé la prière tandis que le second a présenté le prêche (Hutuba). Un pari incroyable, mais comment douter un seul instant qu'il serait gagné. La force de Tsembéhou est précisément d'oser quand bien peu croient en elle.

Simédou au cachot

Mohamed Bacar Chipenda mieux connu sous le nom de Simédou vient de passer plus de deux heures de temps dans les geôles de la gendarmerie de Hombo pour une petite histoire qui n'a ni tête ni queue mais qui illustre parfaitement l'atmosphère générale qui règne dans notre île.

Dimanche dernier un gendarme aborde Simédou sur la route à Tsembéhou; l'apostropha et tenta de l'agresser. Devant la furie du gendarme (en civil), Simédou aurait esquivé un coup de poing de son  assaillant.   Le lendemain, il se présenta à la gendarmerie de Hombo pour aller plaider son cas devant les officiers de gendarmerie. Pure coïncidence, il se trouva nez à nez avec le gendarme venu déposer des dossiers. Du coup, ce dernier recommanda à ses amis d'envoyer Simédou à la « casserole ». Il ajouta qu'en ville, Simédou critique les gendarmes et le pouvoir en place dans l'île.

Il a fallu l'intervention d'un ami officier pour qu'il recouvre sa liberté. Depuis que le colonel Mohamed Bacar s'est autoproclamé président de l'île autonome d'Anjouan en juin dernier, l'on assiste à la recrudescence de l'arbitraire, de la provocation et de la répression à Anjouan en général et à Tsembéhou en particulier.

 

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
948361

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 11 invités et aucun membre en ligne