Libération d'Anjouan: l'An V

Details
{idkey=565b0[title=Lib%C3%A9ration+d%26%23039%3BAnjouan%3A+l%26%23039%3BAn+V][desc=]}{cmp_start idkey=7633[url=http%3A%2F%2Ftsembehouinfo.net%2Findex.php%2Ffr%2Factualite-nationale%2F374-liberation-d-anjouan-l-an-v][title=Lib%C3%A9ration+d%26%23039%3BAnjouan%3A+l%26%23039%3BAn+V][desc=]}

Le 25 mars 2008, l’armée comorienne, soutenue par l’armée tanzanienne et soudanaise, libère l’île d’Anjouan occupée par les milices de Mohamed Bacar. A l’occasion du 5ème anniversaire, le chef de l’Etat  a prononcé un discours d’une portée historique. A lire l’intégralité du discours.

 

Allocution de Dr IKILILOU Dhoinine, Président de l’Union des Comores, à l’occasion de la commémoration de la libération de l’Ile d’Anjouan

- Honorable Assistance,

Permettez-moi avant tout d’adresser aux Concitoyens que vous êtes, au nom de la Nation tout entière, mes remerciements et particulièrement, au Gouverneur de l’Ile Autonome de Ndzouani Anisse Chamsidine, aux Autorités politiques, militaires et civiles, et à la population de Ndzouani.

Mais aussi, et pour la circonstance, je saisis cette heureuse opportunité pour adresser une mention spéciale aux habitants de la belle ville de Mutsamudu pour l’accueil chaleureux qu’ils nous ont réservé.

  Honorable Assistance,

Notre pays les Comores, depuis bientôt 38 ans, a traversé beaucoup d’épreuves. Les unes plus rudes que les autres !

Pendant des années, nous nous sommes fait du mal mutuellement !

Pire, nous avons cru naïvement que ce sont les autres qui viendraient construire les Comores à notre place.

Mais encore, nous avons même pensé, en un temps, que les autres, en nous apportant leur soutien, en nous appuyant sur nos propres initiatives, certes d’une manière ostensible et continue, étaient en train de construire notre patrie en lieu et place des Comoriens que nous sommes.

Et c’est ainsi que conformément à nos comportements liés à notre singularité d’insularité, ce qui n’est nullement pas péjoratif, nous avons cru que nous serions au centre du monde.

Que les autres devraient se préoccupaient davantage de notre sort que nous-mêmes !

Nous avons construit dans notre subconscience et en dehors du temps et de l’espace, un monde hors normes.

Nous nous sommes contentés d’une société sans repères, bref d’un Pays approximatif, d’une Nation sans substance où tout se conjuguerait par rapport au lieu où on serait né ou encore où on résiderait.

Et c’est ainsi que nous nous sommes laissés emportés jusqu’à ce que nous frôlions la catastrophe, l’apocalypse.

Nous avons, ensemble, sans retenu et maladroitement, participé à l’autodestruction de ce que nous ont légués nos chers parents, à savoir un Seul et unique Pays !

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
945550

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne