Le Chef de l'Etat au 16ème Sommet du COMESA en Ouganda.

Details {idkey=7754b0[title=Le+Chef+de+l%26%23039%3BEtat+au+16%C3%A8me+Sommet+du+COMESA+en+Ouganda.][desc=]}

Quelques extraits du discours de  Docteur IKILILOU Dhoinine, Président de l’Union des Comores, au 16ème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement du Marché Commun de l’Afrique orientale et australe.

 

Kampala, 23 - 24 novembre 2

(...)Le thème général de notre Sommet, à savoir « renforçons les échanges intra-COMESA en développant les Micro, Petites et Moyennes Entreprises », est très pertinent car il cadre parfaitement avec la politique de notre marché régional.

Le rôle important que jouent les MPME dans l’économie de nos Etats membres et la nécessité d’assurer leur promotion, en vue de leur permettre d’accéder au marché intra-régional, a fait l’objet d’une prise de conscience tout au long du processus de construction de notre marché commun.

De ce fait, nous nous réjouissons que le COMESA ait décidé de mettre les MPME au cœur de ses stratégies pour la croissance.

Aussi, est-il besoin de rappeler que les défis liés à l’emploi, à l’innovation, à l’éducation, à l’inclusion sociale, à l’énergie et à la lutte contre les changements climatiques, supposent l’existence de MPME performantes, ayant accès aux financements et à l’ensemble du marché intra-COMESA.

C’est pourquoi, nous appuyons les propositions de développement de réseaux d’informations, notamment par la mise en ligne de sources d’informations spécialisées et régionalisées, sur un portail Internet COMESA à destination des MPME et de tout autre utilisateur.

Dans mon pays, nous ne ménageons aucun effort en vue de promouvoir le développement des MPME.

C’est dans ce sens que nous avons mis en place avec le soutien de certains pays frères, la première usine de Pêche, ce qui va nous permettre de générer des emplois et de contribuer à la croissance économique du pays.

Toutefois, la mise en place de petites et moyennes entreprises peine à se développer rapidement, notamment du fait du sérieux problème de l’énergie.

En effet, non seulement le coût de production d’électricité fait partie des plus chers dans notre région mais nos infrastructures nécessitent également d’être rénovés.

Nous devons aussi trouver les moyens de développer les énergies renouvelables y compris la géothermie, dont notre pays offre de grandes potentialités.

Il s’avère également important de promouvoir les infrastructures maritimes en vue de faciliter la circulation des biens et des personnes entre les îles, et désenclaver les routes pour permettre aux agriculteurs des zones rurales de pouvoir écouler facilement leurs produits dans les différentes zones urbaines. Ainsi, l’Union des Comores s’est résolument engagé dans le processus d’intégration du COMESA.

Mais pour ce faire, elle se doit de développer ses infrastructures de base, notamment les infrastructures routières, hospitalières, portuaires et scolaires sans lesquelles, le libre échange avec les pays de la région ne sera qu’un vain mot.

Mais, dans cette entreprise, nous comptons sur le COMESA, pour nous accompagner et plus particulièrement dans la réduction du coût de l’énergie et la diversification de ses sources, qui est une condition sine-qua-non à tout développement économique.

C’est donc avec optimisme que nous avons renforcé la collaboration des autorités de notre pays, avec le COMESA auprès duquel, nous nous réjouissons de trouver des appuis, à l’instar de l’appui technique apporté notamment, en faveur du projet du Code des Marchés Publics.

A ce jour, ce Code des marchés publics, qui est essentiel au renforcement de la bonne gouvernance, est ratifié ce qui permet à notre pays de garantir plus de transparence dans la passation de marchés publics.

  Monsieur le Président, 
  Honorable assistance,

En dépit des atouts de nos pays respectifs, l’intégration économique au sein du COMESA, peut être compromise et ses résultats limités, si nous n’engageons pas le processus de transformation sur place de nos matières premières.

Ce Sommet doit, par conséquent, constituer pour nous l’opportunité de consolider davantage notre coopération politique et économique en vue d’aboutir à la réalisation effective de notre objectif escompté, à savoir un marché commun.

Aussi, devrions-nous créer les conditions pour favoriser les échanges commerciaux dans notre région et promouvoir l’échange d’expériences notamment dans les domaines de l’innovation, des sciences et de la technologie…

 

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
945558

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne