Arnaud Assoumani, Chevalier de l’Ordre du Croissant Vert des Comores

Details {idkey=4489b0[title=Arnaud+Assoumani%2C+Chevalier+de+l%E2%80%99Ordre+du+Croissant+Vert+des+Comores][desc=]}

C’est le Vice-président Nourdine Bourhane, assurant l’intérim du président de l’Union en voyage à l’extérieur, qui a décoré l’athlète franco-comorien Arnaud Assoumani. Il est promu au Grade de Chevalier dans l’Ordre du Croissant Vert des Comores.

 Allocution de Son Excellence Monsieur NOURDINE BOURHANE, Vice-président de l’Union des Comores, à l’occasion de la décoration de l’Athlète Arnaud Assoumani

Il est des cérémonies qu’on préside avec fierté et auxquelles on assiste avec un sentiment de bonheur partagé et la certitude de s’acquitter d’un noble devoir. Celle-ci en fait certainement partie.

Nous sommes là en effet, pour honorer un jeune Comorien, aux multiples talents, confirmés depuis de nombreuses années.

Nous sommes là pour distinguer un digne compatriote et marquer de l’estime pour un patriote méritant.

Nous sommes là enfin, pour saluer l’effort exceptionnel d’Arnaud Assoumani et lui dire, au nom du Président de la République, du Gouvernement et du peuple comoriens, Merci.

Merci pour vos efforts, merci pour vos exploits et merci pour vos réussites. Aujourd’hui, vous symbolisez non seulement la réussite de la diaspora comorienne mais aussi la victoire de la vie sur le handicap et le triomphe de l’intégration sur la discrimination.

Honorables assistance,

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Notre jeune compatriote reflète à merveille cet adage.

Ainsi à 26 ans, il est l’un des rares athlètes à évoluer à la fois dans les compétitions des valides et dans les compétitions handisport.

Au Palmarès du championnat de France d’athlétisme en salle des valides il a été 3ème au Saut en longueur en 2010.

Au Palmarès des Jeux paralympiques, dans la discipline du Saut en longueur, il a été troisième en 2004, champion paralympique et record du monde en 2008 et deuxième aux jeux paralympiques de Londres en 2012.

Au Triple saut, il a également été second à ces mêmes jeux qui viennent de se tenir à Londres cette année. Outre ce palmarès, M. Assoumani est un homme engagé sur le front social qui consacre beaucoup de son temps, à la promotion de l’handisport.

En tout cela, M. Assoumani, vous faites honneur à la diaspora comorienne dont vous symbolisez le dynamisme et la réussite.

En tout cela vous faites honneur à la France qui vous a vu naitre et qui a fait de vous, Chevalier de la Légion d’Honneur.

Egalement, vous faites l’honneur des iles Comores, votre pays d’origine et pour qui, votre parcours et votre palmarès sont une source de grande fierté légitime.

Aussi est-ce avec plaisir, que je vous exprime aujourd’hui, avec mes chaleureuses félicitations, la reconnaissance de la Nation comorienne.

Ainsi, Monsieur Arnaud Assoumani, au nom Président de la République et du peuple comorien, et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous elevons au grade de « CHEVALIER » dans l’Ordre du Croissant Vert des Comores.

Je vous remercie.

 

Après la décoration, l’ancien Président de l’Assemblée Nationale, M. Mohamed Said Abdallah Mchangama, prononce un mot de remerciement au nom de la famille d’Arnaud.

 

Que dire, sinon merci, aujourd’hui que la République s’honore en honorant un de ses enfants.

Que dire sinon exprimer le bonheur, la fierté, au nom de mon aîné Mohamed Bakri Assoumani, au nom de la famille, des oncles, des tantes, des cousins et cousines, des amis d’Arnaud qui sont là, de Benjamin Rasât qui l’accompagne depuis deux ans et l’équipe à faire le film, d’une ville très fière qui est la ville de Mistoudjé qui va l’honorer aujourd’hui, et même des tout-petits de la République, puisque Arnaud a été accueilli avec un poème des élèves de l’Ecole Foundi Abdoulhamid.

C’est tout un symbole. C’est aussi un symbole qu’aujourd’hui ceux d’entre nous qui portent d’ordinaire le « châle », nous soyons là, pour honorer un enfant de « je viens » qui n’est pas venu faire le grand mariage et qui est venu nous apporter ce dont nous avons le plus besoin dans les années à venir, un savoir, un modèle d’effort, une réussite, bref, être un pont entre nous et le monde moderne.

Je pense que de plus en plus, nous verrons que l’investissement que nous avons fait après avoir construit nos mosquées, cimenté nos rues, construit les centres culturels, de part les efforts de la diaspora, l’investissement qui va rapporter le plus, va porter sur le savoir et l’effort.

Monsieur le vice-président ;

Permettez-moi de dire ce que vous n’avez pas dit ; que vous êtes d’autant plus fier que vous êtes un tonton, un oncle d’Arnaud, puisque Arnaud est un comorien comme nous le devenons de plus en plus, un comorien de Mitsoudjé et de Tsembéhou. Je l’ai dit parce que je me souviens du grand père d’Arnaud, qui est mort en même temps que quelqu’un que j’aimais beaucoup et qui s’appelait Ray Charles, un grand musicien. J’avais écrit un article qui a fait un peu le tour du monde et qui saluait Assoumani Soudjayi qui nous suivait partout pour que nous nous lavions les mains, que nous soyons propres ; il était un des premiers infirmiers de l’époque et Ray Charles qui n’était pas simplement un chanteur mais qui était à l’époque, dans les années 60, dans la période coloniale, grâce à sa musique, nous a fait connaitre au monde et qu’il y avait un autre monde au-delà du modèle français qui chantait et aussi la culture noire.

Arnaud a ainsi beaucoup dit ; il nous a fait rire et nous a aussi fait pleurer puisqu’il a pleuré aussi ; et quel bonheur que d’être tous là, en nous disant voici un modèle et nous avons besoin d’un modèle pour notre jeunesse.

Merci Monsieur le Président et vous tous dignitaires de la République d’avoir honoré les Comores aujourd’hui en honorant Arnaud.

Je vous remercie ».

Source, Beit-Salam

 

 

 

 

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
1568846

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 33 invités et aucun membre en ligne