Une interview d'Arnaud Assoumani

Details {idkey=1022b0[title=Une+interview+d%26%23039%3BArnaud+Assoumani][desc=]}

Avant les jeux paralympiques de Londres, Arnaud Assoumani avait accordé une interview à un site d’Anjou, "l’Avenir pousse en Anjou" au cours de laquelle il a parlé de sa médaille d’or obtenue à Beijing (Chine) et de ses prochains rendez-vous. Les photos viennent de sa page facebook.


Double défi pour Arnaud Assoumani

Médaillé d'or à la longueur aux Jeux Paralympiques de Pékin en 2008, Arnaud Assoumani défendra son titre à Londres cet été. L'athlète vise également une qualification inédite chez les valides. Un pari osé pour lequel l'enfant de Rochefort-sur-Loire met toutes les chances de son côté. 


Arnaud, que représente l'esprit olympique à tes yeux ?

L'universalité, le partage. C'est toujours impressionnant de voir des pays aux cultures et aux histoires différentes se retrouver, le temps d'un événement, autour des mêmes valeurs que sont le dépassement de soi et la générosité.
En tant que sportif, les Jeux olympiques restent l'événement « suprême », le but ultime.

Une image ou une séquence qui t'a marqué lors des précédents Jeux olympiques ?

Sans hésiter, les deux médailles de Marie-José Pérec à Atlanta, en 1996, sur 400 mètres et 200 mètres. Il y a aussi le record du monde de Michael Johnson sur le 200 m cette même année. C'était énorme un tel record, une vraie révolution pour l'athlétisme. Je ne pensais pas revoir une telle performance, c'était sans compter sur Usain Bolt en 2008 à Pékin. Comme quoi, tout est possible.

Quel souvenir gardes-tu de cette médaille paralympique au saut en longueur, décrochée à Pékin en 2008 ?

Celui du podium et du tour d'honneur qui a duré très très longtemps, également le partage de cette médaille avec les autres membres de l'équipe de France.
Plus largement, aux Jeux paralympiques, j'ai découvert un esprit très positif. Il y a énormément de respect et d'échanges entre les athlètes.

Cette année à Londres, ton objectif est de participer aux Jeux parmi les valides. Comment l'atteindre ?

En continuant de m'entraîner. J'essaye de tout optimiser, y compris tout ce qui est autour de l'entraînement : la récupération, l'hygiène de vie et la nutrition.
Je travaille aussi sur ma prothèse depuis deux ans avec un groupe de chercheurs. Le réglage de sa position et son poids sont très importants. Celui-ci a été étudié pour que je puisse avoir le meilleur équilibre possible ; et a été augmenté de 300 grammes. Il m'a fallu presque un an pour m'habituer à cette prothèse. Mais aujourd'hui, je vois les bénéfices.
Celle que je porte actuellement pèse même encore 100 grammes de plus. Je suis actuellement une préparation spécifique pour m'y adapter musculairement.

Quels sont les prochains rendez- vous importants pour toi ?

C'est une saison très spéciale, très courte cette année à cause des Jeux olympiques. Je compte bien participer aux prochains meetings internationaux (Rome, Turin…) et aux Championnats de France Élite, organisés à Angers du 15 au 17 juin, pour me qualifier.

Quoi qu'il arrive, quels sont tes objectifs pour les Jeux Paralympiques de Londres ?

Défendre mon titre en saut en longueur bien sûr, mais aussi m'illustrer au triple saut et sur le 100 m où je suis également déjà qualifié. J'espère intégrer le relais 4x100 m. Gagner une médaille au saut en hauteur serait un beau bonus.

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
1158061

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 27 invités et aucun membre en ligne