Le VP Nourdine Bourhane, au Sommet du Mouvement des Non-alignés à Téhéran

Details {idkey=5866b0[title=Le+VP+Nourdine+Bourhane%2C+au+Sommet+du+Mouvement+des+Non-align%C3%A9s+%C3%A0+T%C3%A9h%C3%A9ran+][desc=]}

« Depuis son accession à la souveraineté internationale en 1975, mon pays n’a toujours pas recouvré sa souveraineté sur l’île comorienne de Mayotte.

La France, qui continue à administrer cette partie du territoire national, ignore le droit international et les résolutions pertinentes régulièrement adoptées par l’Organisation des Nations Unies, la ligue des Etats Arabes et l’Union Africaine notamment. » , déclare M. Nourdine Bourhane, au Sommet du Mouvement des Non-alignés  à Téhéran ( Iran).

L'intégralité du Discours du VP Nourdine Bourhane.

Excellence Monsieur Mahmoud Ahmadinejad, Président de la République Islamique d’Iran, Président du 16ème Sommet du Mouvement des Non-alignés, et cher frère ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

Excellences Mesdames et Messieurs

Honorable assistance

Je tiens, tout d’abord, à vous adresser les salutations fraternelles du Président de l’Union des Comores, Son Excellence Dr IKILILOU Dhoinine que je représente à ce Sommet et qui aurait souhaité y participer personnellement si des contraintes de dernière minute ne l’avaient retenu au pays.

Je tiens ainsi, en son nom, à remercier notre frère, Son Excellence Monsieur Mahmoud Ahmadinejad, Président de la République Islamique d’Iran, pour l’accueil chaleureux, généreux et fraternel dont nous sommes l’objet, ma délégation et moi-même, depuis notre arrivée dans ce beau pays.

Je voudrais, également, adresser mes hommages respectueux au Guide suprême de la Révolution islamique, le Vénéré Ayatollah Ali Khamenei et, à travers lui, saluer le vaillant peuple iranien dont le combat pour la dignité fait la fierté des peuples épris de paix et de liberté.

J’adresse enfin mes sincères condoléances au peuple et au Gouvernement iraniens, à la suite des pertes en vie humaines, occasionnées par le tremblement de terre qui a récemment affecté le pays, en priant Allah, le Tout-Puissant, pour qu’Il accorde Sa miséricorde aux morts et aux disparus, et donne la patience et la consolation aux familles endeuillées.

Monsieur le Président,

Je souhaite aussi adresser nos félicitations et nos remerciements à la République Arabe d’Egypte, au moment où elle transmet le flambeau de notre Mouvement à la République Islamique d’Iran, pour le brio avec lequel elle a présidé à notre organisation au cours de ces trois dernières années.

Nous restons convaincus que la République Islamique d’Iran, à qui nous tenons à adresser toutes nos félicitations et nos vœux, portera haut à son tour, les couleurs de notre Mouvement.

Aux nouveaux membres de notre Mouvement, nous leur souhaitons la bienvenue dans notre famille qui ne cesse s’agrandir.

Monsieur le Président,

Ce Sommet se tient dans un contexte mondial global incertain, marqué par des crises multiformes sans précédent, auxquelles aucun pays ne peut prétendre avoir échappé.

Il se tient également à un moment où la légitimité des principes du non alignement semble susciter des interrogations.

Ainsi, il n’est pas inutile de rappeler que le respect mutuel pour l’intégrité et la souveraineté, la non-agression mutuelle, la non-ingérence dans les affaires intérieures, l’égalité et le bénéfice mutuel et la coexistence pacifique, qui sont cinq principes sur lesquels s’est fondé le non-alignement, sont plus que jamais d’actualité.

A ces principes, il faut ajouter la lutte contre le terrorisme international, le développement économique et social, et l’éradication de la pauvreté, qui figurent dans les préoccupations et les priorités du Mouvement des Non-alignés.

Certes, le contexte de la guerre froide et la signification originelle de la neutralité par rapport à deux camps adverses, ont changé.

Toutefois, dans un monde où la puissance continue à primer sur le droit et où les principes de justice et d’équité varient selon les latitudes et sur la base de critères d’opportunité contraire à la morale, la promotion des valeurs de liberté, de droits de l’Homme, de démocratie et de respect de l’autre, qui guident le Mouvement des Non-alignés, restent les seules gages de paix et de sécurité dans le monde.

Ainsi, le mouvement des Non-alignés, qui offre une tribune à de nombreux pays en développement dont le mien, a plus que jamais sa raison d’être, pour continuer à exprimer notre volonté commune de préserver notre indépendance et notre liberté, et à incarner la solidarité et l’unité d’action dont les pays démunis ont besoins, pour défendre leurs points de vue et leurs intérêts, face aux intérêts souvent égoïstes des plus nantis.

C’est pourquoi, je voudrais saluer la mémoire des pères fondateurs de ce Mouvement, le Maréchal Tito de Yougoslavie, le Président Nasser d’Égypte, le Président Nehru de l’Inde, le Président N’Krumah du Ghana, le Président Soekarno d’Indonésie et le Président Modibo Keita du Mali, entre autres illustres chefs d’Etats et de Gouvernement et de nombreux représentants de Mouvements de libération nationale, qui ont officiellement constitué le Mouvement des Non-alignés en 1961 à Belgrade dans le prolongement de la Conférence de Solidarité afro-asiatique qui s’était tenue en 1955 à Bandung en Indonésie.

Ils ont réussi une jonction du monde afro-asiatique avec celui de l’Amérique latine dont l’action commune a porté ses fruits.

Ainsi, le Mouvement des non-alignés s’est traduit par la constitution du « Groupe des 77 » sur le front diplomatique et par la création du CNUCED sur le front économique.

Il a également été le promoteur d’un Nouvel Ordre Économique International, prédécesseur en cela au mouvement altermondialiste d’aujourd’hui, à partir du Sommet d’Alger en 1973, ratifié par l’Assemblé générale des Nations unies en 1974.

La crise de la dette et les politiques d’ajustement structurel, la fin de la guerre froide, la disparition des blocs et l’accélération de la mondialisation ont, certes, affaibli pour un temps l’action du Mouvement des non-alignés mais elles ont paradoxalement suscité la résistance des pays du Tiers-monde.

Aujourd’hui, au moment où la fracture Nord-Sud est de plus en plus flagrante, nous devons plus que jamais renforcer les liens entre pays du Sud pour porter haut notre revendication pour un ordre mondial plus juste et plus équitable, la refonte de l’ONU, la réforme du Conseil de sécurité et le renforcement du Conseil économique et social de l’ONU.

Monsieur le Président,

Je tiens ainsi à saluer la pertinence de l’ordre du jour de notre Sommet.

En effet, dans le contexte international actuel, caractérisé par l’incertitude et la complexité, la conscience collective du Tiers-monde doit, plus que jamais rester vigilante.

Aussi, le cadre du Mouvement des Non-alignés doit-il rester la tribune où s’expriment nos idéaux, nos principes et nos objectifs.

Notre Mouvement a aujourd’hui besoin, de plus de vigueur et de cohésion, pour affronter les défis de plus en plus inquiétants de la mondialisation et des tentations unilatéralistes.

La tenue de ce Sommet en République Islamique d’Iran est symbolique et revêt à ce titre une importance capitale. Ici, plus qu’ailleurs, se justifie la nécessité de redonner force à l’action internationale concertée dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies, qui reste l’unique outil légitime et efficace pour consolider la paix, les droits de l’homme et appuyer le développement.

Monsieur le Président,

Avant de clore mon propos, permettez-moi de saisir l’opportunité de cette tribune, pour rappeler au monde, que la décolonisation, théoriquement acquise en grande partie sur la planète, reste toujours inachevée pour mon pays, l’Union des Comores.

En effet, depuis son accession à la souveraineté internationale en 1975, mon pays n’a toujours pas recouvré sa souveraineté sur l’île comorienne de Mayotte. La France, qui continue à administrer cette partie du territoire national, ignore le droit international et les résolutions pertinentes régulièrement adoptées par l’Organisation des Nations Unies, la ligue des Etats Arabes et l’Union Africaine notamment.

Je vous demanderais alors de réaffirmer le soutien que le Mouvement des Non-alignés a toujours apporté à la souveraineté de l’Union des Comores sur l’Ile comorienne de Mayotte, de réitérer l’illégalité de l’occupation de cette ile et enfin, de déclarer nul et non avenu la départementalisation par la France, d’une partie du territoire national de mon pays ainsi que sa rupéisation.

Pour conclure, je réitère notre soutien au projet de déclaration du présent Sommet qui reflète notre point de vue et je souhaite plein succès à nos travaux.

Je vous remercie.

Téhéran, 31 aout 2012. Source, Beit Salam

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
1157105

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 31 invités et aucun membre en ligne