Conférence gouvernementale sur les projets de la conférence de Doha

Details
Créé le mardi 14 février 2012 10:23
Écrit par Tsembehou Info

Des membres du gouvernement ont fait face à la presse, hier à la salle de conférence de l’Anacm à Moroni, pour faire la lumière sur la mise en exécution des projets issus de la conférence de Doha.

“Nous faisons tout pour qu’il n’y ait pas de zones d’ombre entre nos actions et le peuple“, a expliqué le secrétaire général du gouvernement, Saïd Mohamed Ali Saïd. “Nous avons jugé important d’inviter la presse pour que les journalistes éclairent la population sur ce que la récente délégation arabe a entrepris de faire“, a soutenu le responsable de l’action gouvernementale.

 Pour le vice-président Nourdine Bourhane, “nous avons atteint la vitesse de croisière par rapport au suivi de la conférence de Doha. Beaucoup de projets entrent en exécution dès ce premier semestre“. Par rapport à son ministère, 700 km de routes sont à réhabiliter. Certains axes bénéficient déjà des fonds de la conférence de Doha, d’autres tronçons sont financés par les ressources de la Citoyenneté économique alors que le reste sera réaménagé dans le cadre du dixième Fed.

 “Les appels d’offres ont été lancés pour l’aménagement des routes. Des sociétés comme Colas et Kulak ont même été désignées pour certains travaux“, a affirmé le vice-président en charge de l’Aménagement du territoire et des infrastructures. Revenant sur les discussions avec la récente délégation arabe en visite à Moroni, Nourdine Bourhane précise que “tous ces projets commenceront avant juin 2012“.

 Il y aura une autre programmation pour le second semestre de cette année. Dans l’actuelle programmation, il y a des projets dont les travaux ont déjà débuté, comme l’extension de la faculté Imam Chafiou, ou dans une phase de lancement, à l’instar du nouvel hôpital de Ndzuwani et la construction de logements sociaux à Mwali. “Nous voulons réussir deux grands défis dans notre ministère : améliorer l’éducation et enseigner tout enfant en âge d’aller à l’école. Nous voulons alors construire 600 salles de classe à l’horizon 2015“, a indiqué le ministre Mohamed Issimaila.

 Il bénéficiera du soutien du Qatar qui va réhabiliter et faire une extension de quatre vingt seize salles et du Fonds saoudien qui bâtira dix nouvelles écoles comprenant chacune six salles de classe, une direction, un magasin, des sanitaires et une citerne. La Banque islamique de développement financera l’enseignement de l’arabe à l’école et l’instauration d’un bilinguisme dès le primaire avec une enveloppe estimée à sept millions de dollars. La requête comorienne pour la construction d’une bibliothèque nationale a reçu un accord favorable de la part du comité arabe qui a émis une seule condition : le gouvernement doit fournir l’emplacement du site, ce qui reste actuellement un frein.

 “Nos partenaires demandent à ce que la bibliothèque reste dans la capitale mais nous n’avons pas encore un site à Moroni qui ne pose pas de problèmes“, s’exclame Mohamed Issimaila. Ce ne sont pas les places qui manquent mais des particuliers se sont appropriés unilatéralement tous ou presque, les domaines de l’Etat depuis des années déjà, et sur tout l’étendu du territoire. “Nous ne pouvons pas non plus partir en guerre contre les Comoriens sur cette question du foncier“, estime-t-on au gouvernement, même si on prévoit “toutefois que la bibliothèque sera bien construite“.

 Le Comité arabe n’avait d’ailleurs pas voulu construire d’écoles sur de nouveaux sites de peur d’investir dans des lieux litigieux. Sur un autre plan, le ministre des Postes a réaffirmé l’accord signé dernièrement avec les autorités qataries, tout en prenant le soin de préciser qu’il ne s’agissait pas de privatisation. Ce partenariat permettra le transit des fonds issus de la conférence de Doha via la Snpsf, l’ouverture de quarante nouvelles agences de la banque postale dans le pays et deux en France.

 “La délégation a souhaité une séparation juridique entre les activités postales et les services financiers“, a indiqué le ministre Rastami. Le ministre de l’Intérieur et le directeur du cabinet de la présidence en charge de la Défense ont aussi fait partie de l’équipe du gouvernement qui a tenue cette rencontre avec la presse. Ils ont donné un autre rendez-vous aux journalistes pour “discuter davantage“ sur les actions du gouvernement.

 Irchad O. Djoubeire  (Al-watwan)