Déclaration du FMI sur les Comores

Details
{idkey=9894b0[title=D%C3%A9claration+du+FMI+sur+les+Comores][desc=]}{cmp_start idkey=5396[url=http%3A%2F%2Ftsembehouinfo.net%2Findex.php%2Ffr%2Factualite-nationale%2F248-declaration-du-fmi-sur-les-comores][title=D%C3%A9claration+du+FMI+sur+les+Comores][desc=]}

Déclaration au terme d'une mission des services du FMI en Union des Comores.

MORONI, Comores, 18 octobre 2011 / African Press Organization (APO)

 Une mission des services du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Mbuyamu Matungulu, Chef de mission pour l'Union des Comores, a séjourné à Moroni du 4 au 18 octobre 2011 afin de poursuivre les échanges sur les résultats enregistrés par le pays dans le cadre du programme mis en œuvre avec l'appui de la facilité élargie de crédit (FEC) .

La mission a été reçue par Son Excellence, Dr. Dhoinine Ikililou, Président de l'Union des Comores. Elle a par ailleurs eu des entretiens avec le Vice-président et Ministre des Finances, M. Soilihi, et d'autres membres du gouvernement de l'Union, avec le Gouverneur de la Banque centrale des Comores, avec des parlementaires ainsi qu'avec des représentants du secteur privé, de la société civile et de la communauté des bailleurs de fonds.

Au terme de la mission, M. Matungulu a fait la déclaration suivante à Moroni :

«La mission salue les efforts déployés par le gouvernement pour mieux aligner les dépenses sur les ressources disponibles, et notamment pour avancer dans la maîtrise de la masse salariale de la fonction publique. Il sera crucial de persévérer sur ce front pour rétablir de manière durable la viabilité budgétaire à moyen terme. Il importe par ailleurs de féliciter les autorités d'avoir pris des mesures pour améliorer la responsabilisation et la gouvernance de plusieurs entreprises parapubliques, notamment en remplaçant certains hauts responsables pour commencer a résoudre les problèmes de gestion qui subsistent de longue date.

L'activité économique reste bridée par des rigidités structurelles généralisées ainsi que par des pénuries d'énergie récurrentes. La croissance économique devrait juste dépasser 2 % en 2011, alimentée par une solide production agricole et une reprise graduelle de l'investissement direct étranger (IDE). Les bonnes récoltes contribuent également à maîtriser l'inflation des prix à la consommation à un niveau qui devrait se situer à 5 % d'ici la fin de l'année, et ce malgré les tensions sur les prix internationaux. Sous l'effet de l'augmentation des importations de pétrole et des autres importations liées aux IDE, le déficit courant devrait se creuser. Pour lire la suite, cliquez sur "suivant"

Statistiques d'Affichages

Compteur d'affichages des articles
1619057

Utilisateurs Connectés en Ligne

Nous avons 21 invités et aucun membre en ligne