Tsembéhou, capitale du roman comorien

Details {idkey=3820b0[title=Tsemb%C3%A9hou%2C+capitale+du+roman+comorien][desc=]}

La quasi-totalité des écrivains comoriens était à Tsembéhou le 4 mai dernier pour une conférence-débat sur la littérature comorienne. De 16 h 00 à 22 h00, la quinzaine de conférenciers ont tour à tour répondu aux questions d'un public venu nombreux composé surtout d'enseignants et de lycéens. Sous le thème, la littérature comorienne : quels projets, quelles urgences et quelles priorités ? Nos écrivains venus de Mwali, Mayotte, Ngazidja et de Ndzouani ont parlé aussi de leurs ouvrages et de leurs expériences. Ils ont également prodigué des conseils aux participants, leur demandant de prendre la plume et d'écrire. De profiter de ce qu'actuellement il y a des éditeurs comoriens animés de bonne volonté prêt à publier les différents travaux.

Ils étaient presque tous là, les belles plumes comoriennes : Abdou Salam Baco, Salim Hatubou, Hamza Soilhabou, Nassur Attoumane, Abdou Djabir, Haïdar, Saindoune Ben Ali, David Jaomanoro etc. Ils étaient également présents les libraires Ahamed Chamanga et J.C. Pichard.

L'émotion était vive au Foyer des Jeunes, lorsque M. Ahamed Chamanga a voulu rendre hommage au regretté Andhume Houmadi, natif de Tsembéhou. Il eut la gorge serrée. La douleur et l'émotion d'évoquer en pareille circonstance un être qui lui était cher l'empêchèrent de parler. A deux reprises, il essaya d'évoquer la mémoire de ce grand patriote, de cet intellectuel hors pair, mais les mots ne sortaient point. Il passa ensuite le micro à son collègue, demanda un verre d'eau avant de se ressaisir. Il interviendra plus tard pour révéler que M. Andhume Houmadi, avant de mourir lui a fait parvenir un manuscrit d'un roman intitulé  «  Au parfum des îles  ». D'après M. Chamanga ce roman sortira au mois de novembre prochain.

Faudra-t-il souligner que ces écrivains étaient à Anjouan dans le cadre de la célébration du 10è anniversaire de la Bouquinerie d'Anjouan. Située à Mutsamudu cette unique librairie de l'île, en réussissant à réunir autant d'écrivains, vient donc de donner un coup de pouce à la littérature comorienne.

Plusieurs conférences sur le thème «  Littérature : mémoire et identité » ont été aussi organisées à Moya, Sima, Ouani et à Mutsamudu.

Après leur séjour à Anjouan, ces écrivains scrutent, actuellement, la possibilité de créer une association des écrivains comoriens et d'organiser, d'une façon tournante, tous les ans, un salon de livres dans les différentes îles de l'archipel.

Hit Statistics

Articles View Hits
1067039

Online Connected Users

We have 72 guests and no members online