Baccalauréat 2004: Dans le sérieux et la franchise

Details {idkey=6726b0[title=Baccalaur%C3%A9at+2004%3A+Dans+le+s%C3%A9rieux+et+la+franchise][desc=]}

Les résultats définitifs du baccalauréat 2004 viennent d'être rendus publics. Seuls 769 candidats sur les 2808 élèves (soit 27,38 %) ont obtenu leur billet pour l'Université ou autre Ecole Supérieure. Catastrophiques pour certains, sérieux pour d'autres, ces résultats sont différemment appréciés par la population qui s'accorde à apprécier tout de même le bon déroulement et la transparence de cet examen. La ville de Tsembéhou a enregistré cette année 36 nouveaux bacheliers, toutes séries confondues, sur les 182 candidats. Soit (19,78%)

Pour donner à ce baccalauréat anjouanais ses lettres de noblesse, les autorités de l'île ont fait venir de Madagascar Dr Marcel Napetoke pour présider le jury.

Professeur à l'Université de Tuléar, Dr Marcel Napetoké a été recteur, une douzaine d'années durant, à l'Université de Tuléar où il avait occupé par la suite plusieurs fonctions de responsabilités. Il est aussi président du Conseil municipal à la commune urbaine de Tuléar.

Doyen de la Faculté des Lettres puis directeur du Département Géographie à l'Université de Tuléar, Dr Napetoké a su mener sa mission avec doigté et courage. Il avait détecté et corrigé plusieurs tentatives de fraudes.

Nous l'avons rencontré après la publication des résultats et il nous a parlé de son expérience anjouanaise. Satisfait d'avoir rempli sa mission, Dr Napetoke se dit disponible si les autorités anjouanaises lui proposent de revenir pour le baccalauréat de l'année prochaine.

Il semble que les professeurs ont été cléments lors de la correction. Est-ce l'avis du jury ?

Je ne le pense pas. J'ai vu les notes et j'estime qu'elles sont catastrophiques. Ils n'étaient pas du tout cléments. Au contraire.

Dans l'ensemble comment s'est déroulé l'examen ?

C'était normal. Les deux délibérations sont faites dans les normes. La surveillance et la correction ont été exemplaires

Quelle appréciation portez-vous sur le niveau des élèves ?

J'ai l'impression que le niveau des séries scientifiques est en particulier très élevé. En série C, le taux de réussite est de 71%. Je vous affirme que ce taux est largement supérieur par rapport à celui de Madagascar qui se situe autour de 36%. Et quand on regarde les copies, on constate effectivement que le niveau est assez élevé. En série D, il y a eu 37 % d'admis. Ce n'est pas mal.

Par contre, avec un taux moyen de 24 % la série A va mal, très mal. Je crois qu'il s ‘agit d'un problème de documentation. Il n'y a pas assez de documents pour les élèves. En conséquence, les élèves ne lisent pas suffisamment. Et comme chacun sait, la lecture est indispensable pour cette série A.

Je crois que la meilleure façon de relever ce niveau scolaire est de maintenir les robinets fermés Et vous verrez que dans 3 ou 4 ans, les élèves bosseront mieux au lieu d'économiser pour acheter le baccalauréat.

La corruption et l'intervention sont donc monnaie courante. Etiez-vous confronté à ce genre de problème pendant votre mission ?

J'étais effectivement confronté à ce genre de problème. Plusieurs personnes sont venues me voir et je leur ai fait comprendre que je ne suis pas venu pour vendre le baccalauréat. Pas plus tard que ce matin, alors que les résultats étaient déjà affichés un gars est venu me voir pour me proposer la somme de 200 000F comoriens. Je lui ai dit que même s'il me donnait des millions, je ne le ferai pas.

Y a-t-il eu pression de la part des autorités ?

A mon arrivée à Anjouan, le ministre de l'Education puis le président de l'île m'ont dit qu'ils veulent un baccalauréat correct. Alors les responsables avec qui je travaillais ont compris le message. Personne n'a osé me proposer quoi que ce soit. Ce sont les parents d'élèves qui étaient venus me proposer de l'argent et moi évidemment j'ai refusé.

Hit Statistics

Articles View Hits
1066992

Online Connected Users

We have 44 guests and no members online